L’algodystrophie de la main est un syndrome douloureux qui peut survenir après une fracture, une entorse ou une opération chirurgicale. Ce syndrome se manifeste par une inflammation, une raideur et une diminution de la mobilité de la main. Il peut entraîner des complications s’il n’est pas traité à temps. Heureusement, il existe des solutions pour soulager la douleur et favoriser la guérison. Mais avant de les appliquer, il faut consulter un médecin spécialiste qui pourra poser un diagnostic précis. Abordons davantage le sujet dans le corps de cet article.

Généralités sur l’algodystrophie

Avant de consulter un physiothérapeute à Lausanne ou un médecin algologue pour le traitement de l’algodystrophie, il est important d’avoir une petite culture sur mal.

Comment se manifeste l’algodystrophie ?

L’algodystrophie ou algoneurodystrophie est un syndrome dont les signes se manifestent progressivement. Au début, vous ressentirez des douleurs. Ces dernières deviendront de plus en plus importantes en quittant le stade de douleur diffuse pour devenir une douleur exacerbée. Par la suite, une raideur articulaire peut se faire avec l’apparition d’œdèmes sur la peau. Avec l’évolution du syndrome, il est possible de remarquer un assèchement de la peau, une transpiration excessive au niveau de la main. Au niveau des mains, une variation de température peut se faire remarquer. Des apparitions de rides et une déformation d’ongles sont aussi des signes de l’algodystrophie.

Il faut noter que chez certaines personnes, la main atteinte du syndrome de l’algodystrophie devient pâle, rougeâtre ou bleutée. Aussi, il est important de signaler que ce mal n’attaque pas simultanément les deux mains. L’une des deux se porte bien, tandis que la douleur irradie la seconde.

Comment identifier l’algodystrophie ?

L’algodystrophie est souvent confondue à l’arthrite. Bien que la douleur articulaire soit un point commun de ces maux, il est important de faire un diagnostic afin de traiter le bon mal. Diagnostiquer l’algodystrophie requiert plusieurs étapes. La toute première consiste à faire un examen clinique par un professionnel afin qu’il prenne connaissance du traumatisme et recense tous les symptômes possibles. Pour confirmer l’algodystrophie, divers examens cliniques peuvent être réalisés. La scintigraphie osseuse, la radiographie ou encore l’IRM permettent de s’assurer qu’il s’agit bien d’un syndrome douloureux régional complexe de type 1 (SDRC1). Le diagnostic peut être approfondi avec un examen biologique dans l’unique but d’éliminer les hypothèses relatives aux maladies inflammatoires ou infectieuses.

Les méthodes de guérison de l’algodystrophie

Il existe plusieurs méthodes et solutions pour le traitement de l’algodystrophie. Il est possible de traiter ce syndrome par la prise de médicaments. De simples antalgiques et anti-inflammatoires peuvent calmer la douleur et la font passer.

La seconde solution consiste à se tourner vers des techniques de rééducation comme la kinésithérapie. Il s’agit d’une thérapie manuelle avec la réalisation d’un mouvement doux au cours des exercices afin de faire disparaître la douleur dans les articulations et les muscles. Toujours pour les soins contre l’algodystrophie, il est possible d’appliquer la thermothérapie (eau chaude ou froide) dans le but de favoriser la circulation sanguine au niveau local. L’électrothérapie est également une solution.

En somme, l’algodystrophie est un syndrome qui peut se traiter lorsqu’il est vite diagnostiqué. Un traitement médicamenteux ou des techniques de rééducation peuvent aider à faire disparaître les symptômes.