Le psoriasis est l’une des maladies de la peau les plus fréquentes, touchant environ 125 millions de personnes dans le monde, dont 1,5 à 4 millions de Français.

Bien qu’elle ne mette pas en jeu le pronostic vital, cette affection peut se manifester par des symptômes altérant considérablement la qualité de vie du patient. Il est donc essentiel de prendre rendez-vous auprès d’un dermatologue afin de bénéficier d’une prise en charge adéquate.

Le psoriasis : c’est quoi et comment se manifeste-t-il ?

Le psoriasis est une maladie inflammatoire chronique touchant principalement la peau. Sa forme commune, qu’on appelle psoriasis «vulgaire» ou «en plaques», se manifeste par des lésions cutanées érythémato-squameuses, c’est-à-dire des plaques rouges recouvertes d’une croute blanche dont la couche superficielle se décolle. 

Ces lésions apparaissent généralement au niveau des coudes, des genoux, du bas du dos ou aux fesses. Toutefois, elles peuvent aussi se voir au niveau des ongles, du cuir chevelu, des paumes des mains, des plantes des pieds… Parfois, elles s’accompagnent de démangeaisons, de sensations de brulures ou de douleurs.

En plus de ces manifestations cutanées, le psoriasis peut provoquer des inflammations au niveau de divers autres organes (cœur, articulations…).

Par exemple, une atteinte inflammatoire cardiaque pourrait augmenter le risque de développer une maladie telle que l’infarctus du myocarde (crise cardiaque). C’est pour cela qu’il est important de prendre rendez-vous, surtout en cas de symptômes tels que des palpitations ou douleurs thoraciques.

Il est important de préciser que le psoriasis n’est absolument pas contagieux. Vous ne pouvez pas le transmettre à une autre personne en la touchant, et vous ne pouvez pas vous autocontaminer (contaminer une autre zone de votre corps).

En fait, cette maladie est due à une accélération du renouvellement des cellules de la peau. En temps normal, ces dernières se renouvellent tous les mois environ. Mais, au cours de psoriasis, elles le font tous les 3 à 6 jours. Les cellules s’accumulent donc au niveau des zones concernées formant des croutes épaisses.

Le psoriasis n’est donc pas une infection. Toutefois, les lésions cutanées peuvent s’infecter secondairement en raison de la fragilisation de la barrière cutanée.

L’évolution du psoriasis se fait généralement de manière discontinue, c’est-à-dire avec des poussées entrecoupées de périodes de rémission. Il existe également des formes continues (sans rémission).

Quels sont les facteurs de risque du psoriasis ?

Le mécanisme précis derrière le développement du psoriasis reste méconnu à ce jour. Toutefois, on sait que la plupart des personnes qui en souffrent possèdent une prédisposition génétique à cette maladie. 

Autrement dit, si vous avez un ou plusieurs membres de votre famille (parents, grands-parents, frères et sœurs, cousins…) qui présente un psoriasis, vous avez un risque plus élevé de le développer.

Par ailleurs, on a remarqué que certains facteurs étaient fréquemment associés au psoriasis. On peut citer les principaux : le stress, l’obésité, le diabète, l’hypertension artérielle, l’alcool et le tabagisme.

Comment s’effectue le diagnostic du psoriasis ?

Dans la plupart des cas, le médecin généraliste ou le dermatologue pose le diagnostic de psoriasis grâce à un simple examen clinique. Il examine attentivement les zones concernées (peau, cuir chevelu, coudes, genoux, région lombaire…) ainsi que tout le reste du corps à la recherche d’autres localisations.

L’aspect caractéristique des lésions et l’extrême fréquence de cette maladie laissent généralement peu de place au doute. Cependant, dans certains cas, une biopsie (prélèvement d’un petit morceau de peau lésée) peut être réalisée afin de confirmer le diagnostic grâce à un examen au microscope.

Dans un deuxième temps, le médecin recherchera une éventuelle pathologie associée telle qu’un diabète de type II, une hypertension artérielle, un déséquilibre lipidique… Il veillera également à ausculter le cœur, éventuellement réaliser un électrocardiogramme (ECG) et d’autres examens complémentaires, pour vérifier l’intégrité de la pompe cardiaque (surtout lorsque le patient se plaint de symptômes tels que des douleurs à la poitrine, des palpitations, un essoufflement…).

Quel est le traitement du psoriasis ?

Malheureusement, il n’existe pas encore de traitement capable de guérir complètement le psoriasis. La prise en charge de cette maladie vise uniquement à réduire ses symptômes (limiter les lésions cutanées, soulager les démangeaisons ou les éventuelles douleurs…) et à allonger les périodes de rémissions.

Ainsi, votre médecin pourra vous prescrire :

  • Des crèmes à base de dermocorticoïdes, de dérivés de la vitamine A (rétinoïdes) ou de dérivés de la vitamine D (calcipotriol) à utiliser quotidiennement au niveau des plaques de psoriasis. Ce traitement local permet de ramollir la croute et ralentir le renouvellement des cellules de la peau.
  • Des shampooings à base de corticoïdes en cas de psoriasis du cuir chevelu.
  • Des injections de corticoïdes au niveau des ongles en cas de psoriasis unguéal (psoriasis touchant les ongles).
  • De la photothérapie (exposition de la peau à des rayons UV pour diminuer la prolifération des cellules cutanées et soulager l’inflammation locale).
  • Des traitements de fond par voie orale pour influencer sur l’évolution globale du psoriasis (dérivés de la vitamine A, immunosuppresseurs, biothérapies…).

Le psoriasis, surtout en cas de forme sévère, peut considérablement altérer la qualité de vie du malade. Le médecin doit être à l’écoute afin d’identifier les facteurs qui aggravent les symptômes et d’évaluer les retentissements psychologique et socioprofessionnel de la maladie.

Une psychothérapie pourra alors être envisagée en cas de besoin. Il est parfois utile d’intégrer le patient dans des associations ou groupes de parole pour les malades souffrant de psoriasis afin de bénéficier d’un soutien collectif, de solidarité, de conseils pratiques basés sur l’expérience des membres…