Vous avez souscrit à une assurance maladie ? Vous savez d’ores et déjà qu’elle ne couvre pas toutes les charges liées à votre prise en charge médicale. Toutefois, pour pallier cette insuffisance, vous avez la possibilité de souscrire à un second type d’assurance : la mutuelle de santé. Si vous ignorez encore tout de cette autre garantie santé, voici ce qu’il faut connaître à propos.

La mutuelle santé : définition et rôle

Encore connue sous le nom de complémentaire santé, la mutuelle santé est un contrat d’assurance complémentaire à l’instar de l’assurance maladie qu’elle vient renforcer. Elle va de ce fait prendre en charge une partie ou l’intégralité des frais de santé non couverte par cette dernière. Par opposition à l’assurance maladie de base, elle présente la particularité d’être non obligatoire.

Les dépenses classiques couvertes par la mutuelle de santé sont : les consultations et soins médicaux. Il y a également les médicaments achetés en pharmacie, l’hospitalisation, les soins dentaires et optiques, les appareils auditifs, etc.

Notez que lorsque vous adhérez à une mutuelle, vous devrez vous acquitter périodiquement d’un certain montant. La valeur est notamment fonction du type de couverture voulu et d’autres paramètres (revenus, activité, âge). Prenez le soin de comparer les différentes offres avant de faire un choix.

Les types de mutuelles santé

Il existe deux grandes catégories de mutuelles santé : la mutuelle d’entreprise ou collective et la mutuelle individuelle.

La mutuelle d’entreprise ou collective

C’est un type de contrat d’assurance proposé par l’employeur à ses employés. Dans le secteur privé,  ce type de mutuelle est obligatoire et est imposée par l’entreprise à l’ensemble de ses salariés.  Toutefois, elle présente l’avantage de s’étendre aux membres de la famille du salarié. La mutuelle santé collective est couverte à moitié par l’employeur et le reste des dépenses réglées par l’employé lui-même.

La mutuelle individuelle

C’est le type de mutuelle souscrite par toute personne désireuse, auprès d’un organisme reconnu en la matière. Il existe cependant divers types :

  • la mutuelle familiale permettant de couvrir l’ensemble des personnes d’un même ménage ;
  • la mutuelle séniore très idéale pour une retraite assurée ;
  • la mutuelle fonctionnaire adaptée aux salariés d’État ;
  • la mutuelle étudiante.

Bien que toutes les mutuelles aient leur importance, on recommande le plus souvent la mutuelle séniore. Pour raison, on considère que la période de vieillesse est celle où vous êtes le plus accablé par les soucis de santé. Face à l’augmentation constante du coût des soins,  elle intervient comme un moyen qui vous soulage en cette période de totale inactivité. N’hésitez donc pas à consulter nos conseils d’expert pour choisir une mutuelle séniore pour mieux vous renseigner.

La mutuelle santé : comment ça marche

Pour mieux comprendre le principe, prenons l’exemple d’un sénior habitant Montpellier et ayant souscrit  à une mutuelle de santé séniore. À la base, pour chaque besoin médical couvert, il existe un taux de remboursement exprimé en pourcentage basé sur le tarif de convention. Le tarif de convention selon l’assurance maladie pour une consultation est de 23 €. S’il consulte un médecin à 23 €, la sécurité sociale couvre 70% du Tarif de convention – 1€ de franchise = 15.10 €. Il lui reste à devoir donc 23 – 15,10 = 7,9 €. Si la mutuelle santé séniore couvre à 100% les charges, elle couvrira les 7,9 € restants.

La sécurité ne couvre cependant pas les dépassements d’honoraires (frais au-dessus de tarif de convention). Pour mieux comprendre l’intervention de la mutuelle dans ce cas, prenons le même exemple du sénior et du médecin à Montpellier. Le tarif de convention cette fois est de 25 €.  Si le médecin exige 35 € pour la consultation, la sécurité sociale couvrira  toujours 70% des 25 € de convention soit 16,50 €. Dans le cas où la mutuelle santé séniore ne couvre que 100 %, il restera toujours 11 € à la charge de notre sénior. En revanche, si elle couvre au-delà de ce pourcentage, le montant qui lui revient à charge peut se voir réduit et même atteindre le zéro en fonction du pourcentage couvert.