Scanner ou IRM est-ce la même chose ?

Scanner et IRM ont un certain nombre de points communs importants. Ils ont également des différences fondamentales à l’origine d’indications spécifiques selon l’âge du patient, la région anatomique explorée ou la pathologie recherchée.

Dans les deux cas le patient est installé dans un tunnel mais celui de l’IRM est beaucoup plus long, pouvant entrainer une gêne chez les patients claustrophobes. La durée de l’examen est également plus longue en IRM (environ 15 minutes), qu’en scanner (autour de 5 minutes).

L’IRM est interdite aux personnes porteuses de métaux susceptibles de se mobiliser dans le corps : clips vasculaires cérébraux surtout chez les patients opérés d’un anévrisme cérébral, patient porteur d’un stimulateur cardiaque (Pace Maker) ou de corps étrangers intraoculaires. 

L’Imagerie par Résonance Magnétique (IRM) a l’avantage d’apporter une bonne visualisation de la graisse, de l’eau, donc de l’oedème et de l’inflammation avec une bonne résolution et un bon contraste. Elle permet de mieux différencier des tissus de composition différente. C’est donc l’imagerie privilégiée dans l’étude des parenchymes, cérébral en premier lieu, mais aussi hépatique, mammaire et prostatique. Une autre indication élective est l’étude de la pathologie ostéo-articulaire ou l’IRM permet une bonne analyse des éléments constitutifs de la cavité articulaire (ligaments, ménisques du genou, détection d’un épanchement). L’IRM est aussi très performante dans l’étude de la colonne vertébrale, cervicale dorsale ou lombaire avec recherche notamment de hernies discales.

L’IRM permet aussi de diagnostiquer une ischémie cérébrale de façon très précoce, seule façon de la rendre curable, ou bien d’approcher la composition biochimique d’une tumeur. Elle nécessite autour du patient un matériel (tube de perfusion, respirateur …) insensible au champ magnétique. Cela explique que le scanner soit systématiquement préféré à l’IRM dans certaines situations : urgence en dehors de l’imagerie du cerveau ou patients de réanimation.

J’ai peur de l’IRM, comment faire ?

Entrer dans ce tunnel de 60 cm de diamètre, bruyant et qui réclame l’immobilité totale, angoisse les patients claustrophobes. Les solutions pour éviter le malaise lors d’une IRM !

L’IRM est un examen impressionnant car la taille de la machine reste volumineuse. Le fait que la machine soit décrite  comme « un tunnel » peut être source d’inquiétude. En fait ce tunnel est ouvert aux deux extrémités et de l’air circule en permanence avec une climatisation efficace. Il n’y a pas de sensation d’étouffement.

De plus, un interphone vous permet de communiquer en permanence avec le personnel qui vous surveille. Un interrupteur vous est confié en début d’examen : vous pouvez sonner à tout moment pour faire part d’une inquiétude ou d’un inconfort. Vous restez maître de l’arrêt de l’examen si vous ressentez une inquiétude.

Faites un ancrage : fermez les yeux et projetez-vous de façon sensorielle dans un endroit ou une situation que vous aimez. Revivez-la tranquillement, sans jamais ouvrir les yeux, jusqu’à la fin de l’examen (environ 20 minutes). C’est très efficace.

Si vous n’y arrivez pas, ce qui est rare (la plupart des patients bien guidés y parviennent), vous pourrez passer cet examen dans une IRM à champ ouvert, souvent réservée aux personnes en surpoids, dans un hôpital équipé (c’est un peu plus long).

Pourquoi me demande-t-on de venir la vessie pleine ?

Pour certains examens échographiques, on vous demande de venir la vessie pleine notamment pour les échographies pelviennes, prostatiques, utérines, ovariennes mais aussi des échographies rénales. Pour voir la vessie elle-même il faut qu’elle soit remplie. De plus quand la vessie est pleine elle sert aussi de « caisse de résonance » en particulier pour mieux voir l’utérus, les ovaires ou la prostate selon le cas. Si la vessie est vide ces organes seront moins bien vus.

  • Si non vous demandons de venir la vessie pleine :
  • N’urinez plus pendant les 2 heures avant l’examen
  • Au moins une demi-heure avant votre examen, buvez 3/4 à 1 litre d’eau .
  • Il ne faut pas que cela devienne douloureux !
  • Si la vessie est trop pleine, allez aux toilettes pour en vider la moitié.

Vous cherchez un radiologue dans la Haute Marne ?

Annuaire médecine référence des centaines de radiologues dans votre département. Vous pouvez accéder à tous les radiologues dans la Haute Marne dans la ville de votre choix.